Le CFA Bâtiment de Montgermont : vitrine d’innovation et de savoir-faire

Le futur centre de formation du Bâtiment du territoire rennais a dans son ADN les composantes d’une approche nouvelle de la formation axée sur le lien entre recherches et développement et qualité de la formation.

Synonyme de transmission, de professionnalisme et de savoir faire, l’apprentissage est vivement défendu et promu par les Cobatystes rennais. Dans la continuité du colloque de 2017 « L’apprentissage filière ancestrale pleine d’avenir » et en marge des Trophées Cobaty Jeunes en cours, l’implication de plusieurs membres permettra à tous de découvrir le mercredi 9 juin prochain le site du futur CFA Bâtiment de Montgermont. Une occasion unique de s’immerger au cœur d’un projet d’avenir associant modes constructifs innovants et projet pédagogique novateur, sur un site en pleine mutation.

Une nouvelle occasion pour les Cobatystes rennais de montrer leur soutien aux filières professionnels et enseignants qui œuvrent pour promouvoir les métiers de la construction et contribuent avec eux à les rendre attractifs.

Soyez nombreux à vous inscrire et à participer à cette découverte : https://doodle.com/poll/chxucgatccn7z6iy?utm_source=poll&utm_medium=link

Supprimer la distance, enrichir les échanges

Un Cobatyste de passage dans un territoire autre que le sien est toujours le bienvenu dans une réunion statutaire.

L’association COBATY Rennes a entretenu cette tradition durant ces derniers mois.  Le Président d’une association COBATY a ainsi pris part chaque 3ème jeudi du mois, aux échanges et travaux des Cobatystes rennais, a partagé avec eux l’actualité de son association, s’est étonné ou a réagi aux sujets présentés contribuant ainsi à faire vivre le collectif qu’est COBATY.

Grâce au numérique, les réunions statutaires de l’association COBATY Rennes, les échanges entre le Conseil d’administration et les membres, comme les différents projets engagés avant et depuis le début de la crise sanitaire, dont l’organisation des Trophées Cobaty Jeunes, se sont poursuivis.

Même « pénible », « compliqué » et très éloigné du mode de communication cher aux Cobatystes, le digital a permis à chacun de ne pas perdre le fil.