A de l’Aéroport – Apprentissage, transmission du savoir, innovation

Rénovation du « A », totem-signal de l’aéroport de Montpellier : un projet à double détente

En janvier 2019 (Cobatynfo », n°160, page 32), nous annoncions la rénovation du « A », totem-signal de l’aéroport  de Montpellier, dans le cadre d’un partenariat renouvelé 20 ans après le concours lancé pour sa conception. Le 21 mai 2019, la première pierre a été posée en présence des partenaires du projet : le Lycée des Métiers, de l’Eco-Construction et du Bâtiment Léonard de Vinci de Montpellier ; l’Aéroport Montpellier Méditerranée ; la CCI de l’Hérault ; le CESI Montpellier (1) ; la Fondazione Dioguardi ; l’Institut Condorcet Montpellier-Occitanie ; le CFA/CFPPA Agricole de l’Hérault. Après ce lancement symbolique, les partenaires ont organisé une conférence de presse suivie par des journalistes (presse écrite et digitale), une trentaine de Cobatystes et de nombreux professionnels. La conférence fut précédée de la signature de la charte « Laboratoire de Quartier Chantier Evènement – LDQ » qui lie les partenaires institutionnels du projet.

Faire du « A » un Chantier Evènement

Le LDQ rassemble l’ensemble des intervenants sur le chantier et les écoles (primaires, secondaires, universités) situées à proximité ou intéressées par les actions entreprises dans le cadre du Chantier Événement. Sa direction est assurée par un Comité Stratégique et Culturel (CSC) en charge de la mise en place du programme des activités et initiatives du Chantier Evènement : exposition permanente ou spécifiques ; fabrication de la maquette du « A » ; organisation de débats ; concertation ; ateliers destinés surtout aux enfants des écoles primaires ou des centres aérés et animés par les techniciens du chantier autour de la maquette…

Il s’agit d’inventer et de proposer des initiatives culturelles ou événementielles qui créent un engouement faisant découvrir le chantier à la fois sous son aspect humain et formateur mais aussi à travers une dynamique économique et médiatique originale. Plusieurs supports ont été mis en place par l’équipe d’animation du LAB : lettre d’information ; vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ; aménagement d’un espace pédagogique dans les locaux du CESI. Une initiative éducative a été menée dans le cadre du LAB avec les enfants des centres aérés de Mauguio et Lattes, à travers la réalisation d’une fresque autour de l’aéronautique, et ce sur des bâches peintes et décorées, installées sur les clôtures qui délimitent le futur emplacement du socle du « A ».

Plantation d’une vigne innovante pour servir d’écrin au « A »

Lors de la conférence de presse, Abdel Ameur, notre Président, a dévoilé le second volet du projet : la plantation, sur la parcelle qui accueillera le « A », d’une vigne « de demain », marqueur fort du territoire languedocien. En effet, grâce au partenariat avec BRL Espaces Naturels et au concours du Département de l’Hérault, du CIVL (2), de Coop de France Occitanie et de l’IFV(3), Cobaty Montpellier Méditerranée s’est lancé un challenge audacieux : aménager la parcelle de 1 500m² avec la plantation de 450 pieds de « cépages résistants » (Artaban et Floréal), mis à disposition par l’INRA (4). Occitanie-Montpellier, et la plantation de végétaux d’ornements d’essence méditerranéenne avec le soutien de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, pour l’aménagement en biodiversité. Une seconde convention passée avec le CFA/CFPPA Agricole de l’Hérault a permis à de jeunes apprenants, encadrés par leurs enseignants et des Cobatystes passionnés de viticulture, d’assurer l’ensemble des travaux viticoles (carage, plantation, palissage, arrosage en goutte-à-goutte, apport en compost) entre mai et juin. Le volet biodiversité sera réalisé après la pose du « A », en novembre, pour permettre une continuité écologique fonctionnelle et favoriser une approche éducative à travers un parcours pédagogique sur le site.

Pourquoi avoir choisi des cépages résistants ?

La vigne occupe 3% de la surface agricole française et recevait en 2016, à elle seule, 20% de produits phytosanitaires ! (source « L’Indépendant » du 17 octobre 2016). C’est dire l’intérêt des cépages résistants aux maladies cryptogamiques qui réduisent considérablement les traitements et s’adaptent au changement climatique. Les récents évènements climatiques qui ont durement touché la viticulture (canicule, sécheresse) ne laissent aucune autre solution que l’irrigation alors que la ressource en eau se raréfie. Mis au point, après des décennies de labeur et issus de 50 ans d’hybridation, par les chercheurs de l’INRA, les cépages « Bouquet » (5) ont révélé des qualités organoleptiques remarquables, très proches de 100 % de vitis vinifera (espèce qui fournit le moût de raisin le plus apprécié destiné à la fabrication du vin).

Cobaty Montpellier Méditerranée engagé dans la transmission des savoirs et des savoir-faire et la valorisation de l’apprentissage souhaite s’investir dans la transition écologique et l’innovation. Cette initiative va permettre de poursuivre l’aventure du « A » avec les travaux d’entretien puis de récolte qui livreront d’ici à deux ans la « Cuvée du A » !

(1) Campus d’Enseignement Supérieur et de Formation professionnelle. (2) Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc. (3) Institut Français de la Vigne et du Vin. (4) Institut National de la Recherche Agronomique. (5) Alain Bouquet « père des cépages résistants » chercheur de l’INRA et dont les travaux initiées à la fin des années 60 ont contribué à l’inscription en 2018 de quatre premières variétés de vigne résistantes au mildiou et à l’oïdium, dont les variétés Artaban et Floréal.